Madagascar, le futur plus grand bidonville du monde?

Madagascar, le futur plus grand bidonville du monde?

La deuxième édition du Forum National Urbain qui s’est déroulée au mois d’octobre 2015 au Carlton Anosy a vu la participation de 500 personnes issues de différents milieux socio-économique et politique, dont les 22 Chefs de Région et 172 Maires des grandes villes, ainsi que divers partenaires techniques et financiers de Madagascar.

Un partage d’expériences enrichissant

Parmi les points essentiels du forum, le partage d’expériences des autres pays en matière  d’aménagement urbain était très pertinent. C’est le cas du Maroc qui a fait un très grand bond en avant durant ces dernières décennies à tel point que certaines villes marocaines figurent maintenant parmi les plus belles d’Afrique alors que Maroc était au même rang que Madagascar il n’y a même pas cinquante ans. L’expérience marocaine concernant les stratégies de résorption des bidonvilles a fait l’objet d’une longue présentation. Ces stratégies sont basées sur la mise en place par l’Etat des programmes d’intervention en vue d’éradiquer ce phénomène pour passer des interventions ponctuelles à des politiques nationales systématiques. Parmi lesquels, le plus récent étant le programme « Villes sans bidonvilles » visant l’éradication des bidonvilles dans 85 centres urbains touchant 380.714 ménages, avec un investissement d’environ 32 milliards de DH, dont une subvention de l’Etat de 10 milliards de DH. Pour cela, le Maroc a procédé à la restructuration, le relogement et le recasement de population, avec une aide importante de l’Etat destinée à l’équipement en voirie et assainissement.

Résorption de Bidonville Day Day à Agadir Source: présentation du Maroc FNU2
Résorption d’un Bidonville de 2006 à 2008 (source présentation FNU2)

Le deuxième exemple est celui de l’Allemagne où la réussite de l’urbanisation a été basée tout d’abord sur une « vision urbaine » claire, combinée avec une stratégie à moyen terme, puis par la mise en œuvre de plans de développement de quartiers et des plans sectoriels (eau, transports, …). Pour cela, les Allemands ont surtout favorisé les analyses sociales, les analyses prospectives et les instruments de planification participatifs.  Une des particularités des Allemands est également le développement de « Partenariats Ville – Périphérie », à l’instar du Partenariat du Nord – autour de Hambourg qui comprend une intégration Régionale autour de la Métropole de Hambourg et une mise en place d’un comité de gestion pour la coordination et le développement de projets communs (emplois/compétences dans des domaines spécifiques, tourisme régional, énergie, promotion des produits régionaux, etc.).

Mais l’expérience qui m’a surtout ébloui est celle du Japon. Malgré les multiples catastrophes d’origine naturelle et/ou  humaine qui ont ravagé plusieurs de ses villes, ce pays a toujours su se relever et adopter des solutions d’aménagement qui ont non seulement répondu aux besoins de la population mais permis en même temps aux villes japonaises de figurer parmi les plus riches du monde. L’exemple le plus emblématique est celui de la ville de Tokyo qui a déjà subi deux périodes de destructions majeures dans son histoire, suite respectivement au grand séisme de 1923 et aux bombardements lors de la guerre mondiale de 1945 (Sources photos: présentation FNU2). La reconstruction de Tokyo à partir de 1950 a fait l’objet d’un assez long développement par le conférencier.

earthquake 1923

tokyo_now_2 Tokyo_now_1

Un constat amer pour Madagascar

Madagascar est largement à la traîne en matière d’aménagement du territoire en général et d’urbanisme en particulier. Le « rapport pays » pour la participation de Madagascar à la conférence mondiale Habitat III en 2016 qui a été déposé auprès des Nations Unies au mois de juin 2015 est sans équivoque. Ce rapport dresse un constat amer de la situation actuelle du milieu urbain à Madagascar. La situation des villes malgaches est très loin d’être reluisante. Peu de choses ont été concrètement réalisées sur le terrain durant ces dernières décennies (Lire ici).

IMG_1921

Parmi les principaux problèmes soulignés figure la prolifération des bidonvilles. Ce phénomène n’épargne aucune ville du pays. Même dans les quartiers considérés comme résidentiels et ceux huppés des grandes villes malgaches se dressent toujours des habitations précaires. Les nouveaux lotissements modernes ont le plus souvent comme mitoyens, au pire tout un bidonville, au mieux quelques maisons illicites qui se côtoient avec des habitations en dur mais en contraste total avec l’ensemble du site. Les villes disposant d’un plan d’urbanisme directeur ou détaillé sont encore rares tandis que celles qui en ont arrivent rarement à les appliquer. Soit parce que le plan lui-même est totalement inadapté au contexte socio-économique prévalant dans la ville, ou bien car les responsables qui sont censés les appliquer ne possèdent aucunement les compétences nécessaires pour le faire.

Des Maires ayant peu de connaissances sur la planification urbaine

Le Forum National Urbain a eu le mérite de rassembler les maires nouvellement élus des 172 villes de Madagascar dont la quasi-totalité est confrontée aux problèmes d’urbanisation sauvage, d’étalement urbain et de création de bidonvilles. Le forum était une grande occasion pour ces maires de prendre conscience des enjeux de l’urbanisation à Madagascar. Outre les différentes conférences sur les problématiques des milieux urbains malgaches, les projets/plans en cours, les mécanismes de financements urbains et les partages d’expériences cités supra, les maires ont reçu des  documents résumant clairement les différentes procédures à suivre quant à la délivrance des permis de construire, de lotir ou de morcellement de terrains. Le phénomène des bidonvilles a été largement discuté au cours de cette rencontre ainsi que la nouvelle politique de développement urbain dont les maires devraient être les premiers acteurs de sa mise en œuvre.

photo (33)

Le phénomène des bidonvilles demeure d’actualité à Madagascar et il semble même aller en s’amplifiant. Des actions concrètes sont à entreprendre à court terme avant que Madagascar ne devienne le futur plus grand bidonville du monde. Deux points sont à considérer dans l’immédiat, lesquels ont également fait l’objet de larges discussions pendant le forum. Premièrement, il faut renforcer les capacités des maires en matière d’aménagement et de gestion urbaine. Gérer la ville, c’est une activité qui concerne l’existant ou gestion du quotidien (gestion du budget ou finance locale, gestion de l’administration, gestion de l’entretien  urbain) et le futur ou gestion de la planification urbaine. Cette dernière comprend l’organisation de la croissance urbaine permettant de satisfaire les besoins de la croissance démographique et de  la croissance des activités économiques. Le renforcement des capacités de ces gestionnaires des villes dans ces domaines s’avère important.

Deuxièmement, il faut trouver des mécanismes de financements urbains efficaces dans la mesure où le manque de moyens financiers a toujours été soulevé par les maires comme étant le principal obstacle entravant la gestion efficace des villes. Pour cela, le ministère de la décentralisation à travers le FDL a dans son intervention développé  des mécanismes de financements innovants à mettre en place dans le futur.

La Direction générale de l’aménagement du territoire, principale organisatrice de ce forum, a un grand rôle à jouer dans l’éradication des bidonvilles et la planification territoriale, dans la mesure où ses premières missions consistent en la conception, la coordination ainsi qu’au contrôle et au suivi de l’aménagement du territoire. Le peuple  espère ainsi des changements réels à  apporter par cette direction dans l’application des résolutions prises lors de ce forum notamment la mise en œuvre de la nouvelle politique de développement urbain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s