Vers une grande amélioration des bas quartiers d’Antananarivo

Vers une grande amélioration des bas quartiers d’Antananarivo

L’Etat malgache à travers le Ministère chargé de l’Aménagement du Territoire met actuellement en oeuvre un projet intitulé PRODUIR ou Projet de Développement Urbain Intégré et de Résilience du Grand Antananarivo. Ce projet est financé à hauteur de 75 millions de dollars par la Banque Mondiale.

Le PRODUIR vise à améliorer les conditions de vie en milieu urbain et la résilience des populations dans des quartiers défavorisés du Grand Antananarivo ainsi que les capacités des acteurs à répondre rapidement et efficacement à une situation d’urgence/crise. Les informations et images présentées dans ce billet sont issues de l’analyse des différents documents disponibles auprès du Projet PRODUIR. Ce billet vous donne ainsi tout ce qu’il faut savoir sur ce projet.

Une remise en état de fonctionnement initial du Canal C3

Parmi les principaux travaux à réaliser dans le cadre du projet PRODUIR figure la réhabilitation totale du canal C3 qui se divise en trois parties, à savoir : le Canal C3 Urbain, le Canal de Jonction et le Canal C3 dans la plaine agricole.

carteC3

Dans son ensemble, le Canal C3 fait plus de 12 km depuis le bassin tampon d’Anosibe jusqu’à la station de pompage d’Ambodimita, en passant par les quartiers précaires d’Andavamamba, 67ha et Antohomadinika. Ce canal ainsi que les bassins tampons qui lui sont reliés ne peuvent plus assurer convenablement leur fonction initiale dans la lutte contre les inondations dans les bas quartiers d’Antananarivo.

bassin anosibe
Etat actuel du bassin tampon Anosibe
bassin anosibe 2
Bassin Tampon Anosibe réhabilité

Tout le long de ce canal, les travaux consisteront en la libération des emprises par la démolition des bâtis impactés, le curage de largeur variable de 8m à 14m et le curage de trois bassins tampons. Outre les travaux de curage du canal proprement dit, sont également prévus l’aménagement de l’ensemble des berges par la réalisation de murets de maçonnerie, l’aménagement et la création en berge de voies de circulation routière et de cheminements piétons pour désenclavement et entretien.

Enfin, il est également programmé des aménagements urbains (plantations d’arbres et de haies, murs et murets de délimitation des emprises), la réalisation ou la réhabilitation de passerelles neuves en lieu et place des passerelles existantes, la création d’infrastructures sanitaires communautaires sur les emprises libérées, le redimensionnement du siphon sous le canal GR, et enfin la réhabilitation des ouvrages de connexion avec le canal Andriantany.

boulevard1
Etat actuel du C3
boulevard2
C3 réhabilité

Bref, ce long réseau d’assainissement qui traverse de nombreux quartiers défavorisés de Tanà sera totalement opérationnel et aura un tout autre visage après la réalisation de ces travaux.

Protection des digues d’Ikopa et Sisaony

Les actions du PRODUIR ne se limitent pas seulement au Canal C3 mais toucheront aussi les rivières Ikopa et Sisaony. En effet, sur la Rive Droite de l’Ikopa, sur deux tronçons respectivement de 920m et 2300m, seront réalisés la reconstitution de la protection en enrochements du talus et du pied de berge, la réfection et le lissage de la crête avec aménagement de passages piétons et de quais de déchargement.

ikopa

Tandis que sur la rive gauche d’Ikopa, il est prévu sur quatre tronçons (50m + 130m + 505m + 565m), la reconstitution de berge érodée, le confortement d’une zone d’infiltration, et la réhabilitation d’ouvrages hydrauliques.

Pour la rivière Sisaony, deux tronçons (50m + 75m) sur la rive gauche feront l’objet de travaux de reconstitution de berge érodée, de sécurisation du siphon sous la rivière et de réhabilitation d’un ouvrage hydraulique sous la RN1.

sisaony

Bref, ces travaux auront sûrement des impacts significatifs sur la protection de ces deux rivières, renforçant davantage leur rôle dans la lutte contre les inondations à Antananarivo, sans oublier la réfection de la crête de la digue d’Ikopa qui sera particulièrement bénéfique aux piétons.

Expropriation pour cause d’utilité publique

Les études techniques, environnementales et sociales relatives à ce projet PRODUIR ont été menées depuis l’année 2017. Les documents d’Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES) et le Plan d’Action de Recasement (PAR) des Personnes Affectées par le Projet (PAPs) sont déjà disponibles. Il en est de même pour les études techniques APS/APD.

pont akasina1
Etat actuel du C3
pont akasina 2
C3 réhabilité

D’après le document PAR, plus de 450 ménages seront touchés par les travaux prévus dans le cadre de ce projet. Conformément à la politique de sauvegarde environnementale et sociale de la banque mondiale, il faut mener des actions spécifiques en vue de recaser ou de compenser ces ménages.

Les ménages touchés auront le choix entre la compensation en numéraire ou en nature. Pour ceux qui choisissent la compensation en nature, des logements seront érigés sur deux sites de réinstallation situés respectivement à Andavamamba et à Soavimansoandro pour les accueillir. La mise en oeuvre du PAR est actuellement en cours.

pont jovenna1

pontjovenna2

100.000 m3 de boues draguées et éliminées en toute sécurité

Environ 100.000 m3 de boues seront draguées du canal C3 et seront transportées vers un site de confinement. Il faut ainsi trouver un lieu adéquat pour l’enfouissement de ces boues. Andralanitra n’étant plus en mesure de les recevoir. L’étude technique a démontré la faisabilité de la mise en place de ce site de confinement dans le District d’Ambohidratrimo.

D’après cette étude, les travaux à réaliser dans le site de confinement de boues de curage consisteront essentiellement en l’excavation de 46 300 m3 de déblais pour avoir un vide fouille brut de 129 500 m3 pour le stockage de 115 000 m3 de produits de curage. A cela s’ajouteront l’aménagement d’une digue périphérique d’une hauteur de 3 m en ceinture du casier et la création d’une piste d’exploitation d’une largeur de 3 m ainsi que la création de fossé de collecte des eaux pluviales.

site boue
Site de confinement

En ce qui concerne les effluents, il sera aménagé sur le site un bassin de stockage avec un dispositif efficace de traitement des effluents avant leur évacuation dans le milieu naturel. Le site de confinement des boues de curage sera clôturé et sécurisé. Une couverture finale sera mise en place après l’exploitation du site. Le terrain ainsi totalement couvert sera ensuite réaménagé pour être valorisé (terrains de sports).

Renforcement des capacités des acteurs

Outre les travaux hydrauliques cités ci-dessus, le projet PRODUIR comprend également plusieurs autres composantes. La composante urbaine vise par exemple la réalisation d’un plan d’urbanisme détaillé (PUDé) dans sa zone d’intervention, des travaux d’infrastructures à impacts directs dans les quartiers et des infrastructures structurantes découlant du PUDé.

Une autre composante du projet concerne le renforcement de la participation citoyenne par le renforcement des structures locales et la mise en place de mécanisme de gestion des plaintes.

La troisième composante importante du projet est liée au renforcement de capacités des institutions pour une meilleure gestion urbaine. Ce renforcement de capacités touchera le Ministère, la CUA, des organismes spécialisés ainsi que l’APIPA et le SAMVA.

Enfin, la dernière composante n’est autre que la Coordination et Gestion du projet. Si le ministère chargé de l’aménagement du territoire étant le Maître d’Ouvrage du projet, sa gestion est assurée par l’UGP ou Unité de Gestion du Projet. L’AGETIPA joue à son tour le rôle de Maîtrise d’Ouvrage Délégué. Des prestataires assurent la réalisation des études et la mise en oeuvre du PAR (Expropriation), tandis que des entreprises de travaux publics se chargeront de l’exécution des travaux physiques.

canal2
Etat actuel du canal C3
canal1
Canal C3 réhabilité

Résumé des principaux indicateurs

Le projet PRODUIR interviendra principalement sur une surface de 60km2 sur la plaine Sud d’Antananarivo. Mais l’ensemble des travaux touchera 6 communes et 71 fokontany, essentiellement constitués de quartiers précaires et vulnérables. Il s’agit de la CUA et des Communes périphériques de Bemasoandro, Andranonahoatra, Anosizato Andrefana, Iarinarivo et Anosiala.

Parmi les chiffres clés du projet, 650.000 personnes bénéficieront de conditions de vie urbaines améliorées, tandis que 60.000 homme/jours d’emplois seront créés durant la mise en oeuvre de ce projet. Plus de 17km de canaux et digues seront remis en état. Plus de 6km de voies carrossables et 18km de voies piétonnes seront réhabilitées le long du canal C3.

Pour conclure, il faut noter que le PRODUIR fait partie des premiers grands projets de restructuration des quartiers précaires à Madagascar. Il s’agit d’ailleurs du premier projet financé par la Banque Mondiale dans le secteur urbain dans la Grande île. PRODUIR intervient en complémentarité avec les autres projets d’envergure menés sur le Grand Antananarivo avec les autres partenaires techniques et financiers de Madagascar.

Rasamy