Tsingy de Bemaraha, un paysage à couper le souffle

Tsingy de Bemaraha, un paysage à couper le souffle

Écrire un billet sur les Tsingy de Bemaraha est devenu anodin, tellement tous les sites promouvant la destination Madagascar ont déjà consacré au moins une page ou un article sur ce paysage unique au monde, sans parler des reportages sur la Grande île. Un engouement largement justifié par le fait qu’il ne s’agit pas  seulement de l’une des destinations les plus vendues par les agences de voyage mais aussi l’un des premiers sites malgaches inscrits parmi le patrimoine mondial de l’Unesco.

JANUS

Je ne m’attarderai donc plus dans la description détaillée de ce fameux paysage karstique ni de l’historique de sa formation. Je développerai plutôt le circuit touristique que nous avons suivi avant d’y arriver et vous montrerai en images ce que nous avons pu observer. Malgré sa très grande popularité et son taux de fréquentation élevé parmi tous les parcs nationaux de Madagascar, le Tsingy de Bemaraha figure toujours dans la catégorie du tourisme d’aventure de par l’accès difficile pour y parvenir, et les caractéristiques même du site exigeant une bonne condition physique pour les visiteurs.

SAM_0040

Notre voyage a commencé à Antananarivo vers la ville de Morondava avec une nuit d’escale  à Miandrivazo. A Morondava, nous avons choisi l’hôtel Baobab Café pour se reposer. L’hôtel se situe à une centaine de mètres de la plage et dispose d’une agréable piscine pour se détendre, de plusieurs chambres relativement simples mais spacieuses et très confortables et d’un restaurant qui fait partie de ceux très appréciés par les touristes dans cette ville où la population est dominée par l’ethnie Sakalava.

JANUS

Après une journée entière et deux nuits passées à Morondava, nous avons pris la route de l’allée de baobab, l’autre attraction touristique la plus fréquentée par les touristes étrangers, et dont les images sont les plus répandues aussi bien dans les livres que sur internet. Pas loin de là se trouvent également les baobabs amoureux dont la visite est toujours incluse dans le circuit Bemaraha.

SAM_0075

L’autre passage obligatoire pour aller à Bemaraha est la forêt de Kirindy, une réserve très célèbre pour sa richesse en fosa, le plus grand prédateur de l’île et en Votsotsa, le rat sauteur géant ainsi qu’en lémuriens et en baobab. Outre les différents circuits permettant de découvrir sa biodiversité faunistique et floristique, Kirindy met également à la disposition de ses visiteurs un restaurant et quelques bungalows rustiques dans lesquels nous avons passé la nuit.

IMG_0902

Le lendemain, nous avons repris très tôt la route pour Tsimafana où il nous a fallu prendre un bac pour traverser le fleuve de Tsiribihina vers la ville de Belo. Le trajet restant, d’une longueur de 125km s’est fait en voiture sur une route sablonneuse, un peu chaotique et parfois très étroite. Arrivée au niveau de la rivière de Manambolo, une autre embarcation  nous a emmenés vers l’autre rive de Bekopaka, le village le plus proche du parc national de Bemaraha. Rien que le voyage pour y aller a été donc un vrai parcours du combattant, mais dont les désagrements ont été vite oubliés une fois sur site en contemplant la beauté des tsingy et en pensant à tous les trésors qu’ils cachent.

JANUS

A Bekopaka, nous avons choisi comme hébergement l’Olympe de Bemaraha qui nous a coûtés relativement cher mais dont le service a été très satisfaisant. La détente et le confort y sont garantis, notamment après les grandes excursions dans le parc. Pour les repas,  nous avons opté pour les « hotely  gasy » de Bekopaka qui ne nous ont en aucune manière déçus tant sur la quantité que sur la qualité.

JANUS

Les trois jours passés à Bemaraha nous ont ensuite permis de découvrir sa multitude de cathédrales calcaires, de prendre connaissance de sa richesse en biodiversité, de visiter ses grottes, de naviguer sur le fleuve de Manambolo, d’escalader les tsingy, etc.

JANUS

Les circuits du parc sont en effet composés d’une balade en pirogue locale le long des gorges de la Manambolo, d’une excursion dans les Petits Tsingy, d’une escalade dans les grands tsingy et des passages dans des crevasses étroites pour enfin atteindre le sommet avec les différents panoramas spectaculaires à couper le souffle comme une récompense des efforts.

JANUS

3 réflexions au sujet de « Tsingy de Bemaraha, un paysage à couper le souffle »

  1. Bonjour,
    Entant que Malgache, j’aimerai bien visiter mon pays. Jusqu’à maintenant, je n’ai pas encore l’occasion de partir en famille. Seul aux voyages d’études que je puisse en profiter. La routine m’agace complètement. J’ai soif de découvrir les côtes de Madagascar ainsi que ces richesses. J’ai envie de m’épanouir avec ma famille. Ce mois-ci, je veut planifier une sortie et j’aimerai tout savoir. Je n’ai pas encore déterminé l’endroit à visiter mais ce qui est sure c’est sur la côte. Comment on fait pour l’organisation, et surtout j’aimerai savoir sur le budget. Merci à toutes et à tous. J’ai hâte de voyager à Madagascar

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s